Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> >

Les nouvelles acquisitions

Colette Richarme, Donation de 106 dessins et tableaux

Colette Richarme (Canton, 1904-Montpellier, 1991)

Donation de 106 dessins et tableaux

Inv. 2011.13.1 à 2011.13.106

Hist. : famille de l’artiste ; don Michèle et Janick Boisseau-Richarme, 2011.

Liée au groupe Montpellier-Sète sans véritablement en être membre, Colette Richarme accompagne le développement de ce courant artistique de l’après-guerre en développant une œuvre picturale et graphique entre figuration et abstraction.
Née à Canton (Chine), elle arrive en France en 1913. L’artiste se forme à Paris entre 1935 et 1937, en particulier dans l’atelier Brayer : elle y rencontre Louise Bourgeois avec qui elle nouera une profonde amitié qui se poursuivra tout au long de sa vie par une importante correspondance. En 1937, elle s’installe à Montpellier dans un petit mas « à la Vignette » et développe sa pratique artistique au contact de la lumière du Midi. Ces années voient se développer une intense production graphique, inspirée de ses lectures, en particulier Mallarmé. La découverte de cette œuvre aura une incidence pérenne sur l’art de Richarme, lui donnant une teneur spirituelle et symboliste sensible dans le thème de ses nombreuses études de figures et de nus. A la fin des années 40, elle développe ses recherches chromatiques tout en restant fidèle à la figuration, travaillant sur le paysage qui restera un de ses thèmes de prédilection. Elle entame un important travail sur le motif fait de petites gouaches réunies en carnets ou regroupées en portefeuilles.
En 1957, Inspiration sétoise entre au musée national d’art moderne. L’année suivante, le musée Fabre acquiert Nature morte jaune et bleue au plateau, toile datée de 1958. Les années 70 demeurent une période intense de création où elle s’intéresse aux mutations modernes de la ville et du paysage : la série consacrée aux tours de la Paillade est à ce titre exemplaire. Cependant, elle restera en marge de la révolution formelle qu’imposent les jeunes artistes languedociens du groupe Support-Surface et ne semble pas s’y intéresser. Elle a bâti une œuvre originale au processus d’élaboration complexe où elle conjugue dessins, traitement de la ligne et études chromatiques - Les palettes réalisées en plusieurs étapes après une longue maturation - où elle compose, ajuste et teste ses harmonies de couleurs : cette association des pratiques constitue un des aspects les plus intéressants de son oeuvre.


Back