Alexandre Cabanel, la tradition du beau

9 July 2010 - 1 January 2011

  • slider_cabanel_4
  • slider_cabanel_3
  • slider_cabanel_2
  • slider_cabanel_1

Après l'impressionnisme de France et d'Amérique en 2007, Gustave Courbet en 2008, Alfons Mucha en 2009, le musée Fabre poursuit ses grandes expositions estivales des courants artistiques qui ont accompagné la naissance de l'art moderne.

Première rétrospective jamais consacrée à Alexandre Cabanel, l'un des peintres les plus adulés de son temps, cette exposition réunit tableaux, dessins, photographies, sculptures et cinéma pour restituer un XIXe siècle foisonnant, voué au culte du précieux et du beau. En tout, près de 250 oeuvres en provenance des plus prestigieux musées internationaux sont présentés dans cette exposition qui a obtenu le label d'intérêt national. Autour de la figure centrale d'Alexandre Cabanel, les plus grands maîtres de la tradition classique y sont également mis en lumière. Créée à Montpellier, cette exposition sera ensuite présentée du 4 février au 15 mai 2011 au Wallraf-Richartz Museum de Cologne.

Qui est Alexandre Cabanel ?

Né à Montpellier en 1823, il connaît une ascencion fulgurante. Familier de la cour de Napoléon III, il devient célèbre à la fois pour ses portraits, que l'on s'arrache de Baltimore à Saint Pétersbourg, mais aussi pour son répertoire de grands sujets spectaculaires : Phèdre, Cléopâtre, Othello et Desdémone...Alors que l'impressionnisme précipite la chute du système des Beaux-Arts, la confrontation de sa Naissance de Vénus et du Déjeuner sur l'herbe de Manet est l'une des plus célèbres controverses artistiques sur le nu au XIXe siècle. Des centaines de jeunes artistes se sont formés dans son atelier : Aristide Maillol, Bastien-Lepage, Eugène Carrière...Ils ont perpétué à leur façon son enseignement et ouvert de nouvelles perspectives à la tradition du beau.