Aller au contenu  Aller au menu Général  Aller au menu secondaire  Aller à la recherche globale  Aller à la recherche de la rubrique 
> > >

News and events

Jeux vidéo et art numérique, saison 2

Aurélien Rantet, Exodus, pour le jeu Endless Space, 2012, Photoshop ©Amplitude Studios

Le musée Fabre de Montpellier Agglomération a choisi de faire entrer pour la deuxième année consécutive l’art numérique dans ses salles avec un accrochage inédit dans le hall Buren, du 18 novembre 2014 au 4 janvier 2015, à l’occasion de journées qui mettent le numérique et le jeu vidéo à l’honneur sur le territoire de Montpellier Agglomération : le salon international annuel du jeu vidéo Montpellier In Game (MIG) , organisé par Montpellier Agglomération au Corum, dédié cette année aux professionnels du secteur, mais aussi le Digiworld de l’IDATE, qui se tient en parallèle et rassemble chaque année des décideurs de la filière du numérique à l’échelle internationale.

Après un appel national à artworks , trente-neuf œuvres numériques, réalisées par des sociétés ou studios indépendants de toute la France, ont été sélectionnées par un jury associant des professionnels du secteur et le musée Fabre. Ce dernier s’engage avec cet accrochage, véritable hymne à la création contemporaine, à promouvoir les formes de création les plus novatrices.

« Jeux vidéo et art numérique Saison 2» :
un accrochage innovant au musée Fabre.

Pour la première saison de Jeux vidéo et art numérique en 2013, études préparatoires, concept art , character and stage design (étude du personnage), recherches artistiques… étaient exposés pour faire découvrir au public les étapes de la conception d’un jeu vidéo et les liens forts entre pratiques traditionnelles (dessin, peinture) et les nouvelles technologies.
Cette année, le musée a fait le choix d’exposer trente-neuf artworks créés à l’aide d’outils numériques : ces images, développées au moment de la conception du jeu pour définir son identité visuelle, son atmosphère ou encore ses personnages, reflètent toute la diversité et la créativité du secteur : personnages en action, décors oniriques, parfois cauchemardesques, univers fantastiques, poétiques ou humoristiques…. L’accrochage, très éclectique, se veut le reflet des tendances les plus actuelles dans le secteur du jeu vidéo. Il fait naviguer l’imaginaire dans des représentations très variées, depuis l’esthétique steampunk de la Granny Rags du jeu Dishonored jusqu’au Paris futuriste et tentaculaire de Remember Me , en passant par l’amusant Anatomy Ninja , développé par la société montpelliéraine IMAIOS pour permettre l’apprentissage de l’anatomie du corps humain.
Accessible à tous gratuitement, cette présentation permet de découvrir la vivacité de la création, les différentes voies graphiques et imaginaires développées dans le domaine du jeu vidéo. Avec un accrochage de très grande taille (trois mètres de hauteur sur treize mètres de large), c’est un véritable mur d’images qui prend vie au musée.



En savoir plus